RSS

Stephen King – Mr Mercedes

10 Fév

Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l’aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d’un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s’est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.

– – –

Stephen King. Ces deux mots sont synonymes pour des millions de lecteurs de terreur, d’horreur, de cauchemars et de clown sanguinaire. Grievous, mais en pire. Une fois n’est pas coutume, le Maître passe à un genre quelque peu inhabituel pour lui, le thriller. Rassurez-vous néanmoins, nous ne sommes pas totalement en terrain inconnu. On retrouve ce qui fait la classe de King, ces personnages ciselés avec amour, son intrigue en béton armé, un suspens à donner des sueurs froides. Le compte à rebours final est redoutable, d’autant que, comme souvent avec King, tout peut arriver ! Surtout quand un roman s’ouvre sur une femme et son bébé écrasé sans pitié par une lourde berline allemande (ach, deutsch qualität, même quand il s’agit d’écraser les gens (un peu une spécialité du pays faut dire…)). Comme souvent avec King, nul n’est à l’abri, pas même les personnages principaux. Autre tour de force, arriver à nous passionner pour cette enquête en nous révélant après quelques chapitres l’identité et les motivations du tueur. Nul besoin ici de faire le mystère sur qui, quoi, pourquoi, comment, on sait tout, et très vite. Point de retournement de situation final à la « hé non, car en fait c’est moi le tueur ha ha ha ha ha » avant qu’il ne s’envole en DS volante (ou en berline allemande en l’occurrence, hé non, pas de marque !). L’essentiel, c’est un duel à distance entre un psychopathe sacrément siphonné et un « tonton », un flic à la retraite incapable de lâcher son boulot. Bien sûr; pas de King sans petits détails glauques et peu reluisants, et évidemment, sans un petit coup de griffe sur l’état de la société de son pays. Ici, c’est cette classe moyenne fracassé par la crise de 2008 (l’action du roman se passe en 2009-2010). Un King atypique, mais sacrément prenant, un vrai page turner qui n’a pas à rougir de la comparaison avec les maîtres du thriller.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 10 février 2015 dans Lectures

 

Étiquettes : , ,

Une réponse à “Stephen King – Mr Mercedes

  1. Léa Touch Book

    13 mars 2015 at 18:48

    J’ai beaucoup aimé ce King 🙂

    J'aime

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :